espace client icon icon main nav caret FAQ
Je choisis Enercoop

Lancement de la COP23

S’adapter n’est plus une alternative mais une nécessité. Tel est le mot d’ordre de la COP23 se tenant à Bonn en Allemagne du 6 au 17 novembre 2017. En effet, il est urgent que les États s’engagent réellement dans des mesures concrètes contre le changement climatique qui s’aggrave bien plus vite que prévu. Deux ans après la COP21 qui convenait de ne pas dépasser les +2C°, où en sommes-nous ?

L’objectif de l’Accord de Paris convenu par les États lors de la COP21 était clair : limiter la hausse des températures sous les 2°C, voire 1,5. Or les Nations Unies ont révélé, dans leur dernier rapport, la nette insuffisance des efforts engagés par les États pour maintenir ce cap. Il est donc crucial de passer à la vitesse supérieure pour respecter cet objectif.

Les principaux chantiers de la COP23 sont :

  • Faire avancer les négociations sur l’Accord de Paris par le dialogue pour la mise en œuvre concrète de ses clauses. L’idée est également d’anticiper la COP24 en Pologne pour une « révision des contributions nationales à la hausse afin d’atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris », souligne le Parlement européen.
  • Maintenir la dynamique malgré le retrait américain. Les États-Unis de Donald Trump se sont en effet retirés de l’Accord le 1er juin dernier. Une délégation américaine sera cependant bien présente à Bonn car la décision du président ne prendra effet qu’en 2019, mais quelle attitude adoptera-t-elle ? Il est donc très important d’empêcher d’autres pays de se désengager de l’Accord de Paris, une tendance qui ne doit pas être sous-estimée...

« Washington dit que l’Accord de Paris n’est ‘pas juste’ pour les États-Unis. Or je me souviens, quand le président Trump l’a dit à New York à l’Assemblée générale de l’ONU, d’autres pays ont applaudi. », explique le ministre costaricain Edgar Gutierrez Espeleta, président de l’Assemblée des Nations unies pour l’environnement.

Sensibiliser la planète. Tout le monde est concerné par le changement climatique. Les pays du Nord comme du Sud en font les frais – l’année 2017 particulièrement dévastatrice avec ses ouragans Harvey et Irma en est l’illustration. La COP23 se doit alors de tirer la sonnette d’alarme et de mobiliser chacun.e d’entre nous dans la lutte contre le réchauffement, car c’est possible !


Des solutions existent : les ENR

Ce n’est pas une surprise, les énergies renouvelables sont l’avenir de l’énergie pour limiter le réchauffement climatique.


« Dans le monde, le secteur des énergies renouvelables emploie désormais plus de 9,8 millions de personnes et se déploie à une vitesse exponentielle. Tous les ans, les installations de nouvelles capacités d’énergies renouvelables battent de nouveaux records » explique Greenpeace dans son article.

Mais la France est bien en retard dans sa transition énergétique, le développement des énergies renouvelables est lent et la prépondérance du nucléaire reste bien réel.

Enercoop propose une solution concrète pour développer les énergies renouvelables. Au travers de sa nouvelle campagne #DerrièreLaPrise, la coopérative s’efforce de montrer ses différences, et notamment celle de la lucrativité limitée: les bénéfices sont réinvestis dans le développement des ENR.

En attendant que les gouvernements passent aux actes, ce sont aujourd’hui les citoyens qui, via Enercoop ou encore Energie Partagée, peuvent choisir de promouvoir au quotidien les énergies renouvelables et citoyennes en France !