espace client icon icon main nav caret FAQ
Je choisis Enercoop

Sortie des Etats-Unis de l’Accord de Paris : Enercoop réagit

accord de paris trump
S’il en avait déjà fait la promesse durant sa campagne présidentielle, l’annonce faite sur Twitter le 30 mai 2017 par Donald Trump a suscité des réactions dans le monde entier.

Le 1er juin, le président américain s’est exprimé sur la sortie définitive des Etats-Unis de l’Accord de Paris sur le climat. A cette occasion, Enercoop rappelle que cet accord, qui doit entrer en vigueur d’ici trois ans, est primordial pour réduire les émissions de CO2 dans le monde, sortir d’un modèle énergétique polluant et préserver notre planète.

Lors de la COP21, Enercoop était mobilisée pour promouvoir la place des énergies renouvelables dans le modèle énergétique Français et international. Aux côtés de REScoop, fédération européenne des coopératives d'énergie renouvelable et d'économie d'énergie, la coopérative a organisé une conférence pour défendre la place de la démocratie et de l'engagement citoyen dans les défis climatiques contemporains.

En 2015, du 30 novembre au 12 décembre se tenait à Paris la 21e conférence des parties, dite COP21. Chaque année, les participants de cette conférence se réunissent pour décider des mesures qui permettront – ou non – de limiter le réchauffement climatique. La COP21, véritable challenge politique et écologique reste comme celle qui, après de longues négociations entre pays, aura posé un texte avec pour objectif de limiter le réchauffement climatique à moins de deux degrés et visant la barre des 1,5 degrés. C’est donc le 12 décembre 2015 que les délégués sont parvenus à ce projet d’accord final, adopté à l’unanimité par les chefs d’états présents. L’Accord prévoit, entre autre, une augmentation du budget du Fonds vert pour le climat, avec un plancher de 100 milliards de dollars par an, l’orientation des économies mondiales vers un modèle à bas carbone, impliquant l’abandon progressif des pays des énergies fossiles en faveur des énergies renouvelables.

D’ici son entrée en vigueur en 2020, chaque pays participant est tenu de faire valider ce texte par son propre parlement. Si les Etats-Unis ont signé cet accord, il est aujourd’hui remis en question par la potentielle sortie évoquée par le président Trump. Pourtant le texte adopté en 2015 lors de la COP21 ne permet que deux possibilités de retrait, qui sont chacune soumises à des conditions très strictes :

- Un pays qui souhaite dénoncer l’accord doit attendre trois ans à compter de son entrée en vigueur (le 4 novembre 2016), puis respecter un préavis d’un an avant de s’en libérer effectivement, précise l’article 28 du document. Les Etats-Unis pourraient ainsi sortir de l’accord en novembre 2020… au moment de la prochaine présidentielle américaine.

- Un pays peut décider de dénoncer la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), ce qui correspond à l’instance des négociations dont est issu l’Accord de Paris. Un préavis d’un an seulement suffit alors pour débuter la démarche.

Aujourd’hui, Enercoop rappelle que le modèle énergétique actuel est à l’origine de problématiques et déséquilibres environnementaux, économiques et sociaux majeurs. Notre vision prône l’accès de tou.te.s à une énergie 100 % renouvelable, au sein d’un modèle local, sobre en énergie, organisé dans le cadre d’une démocratie, transparente. Depuis plus de 10 ans, nous travaillons à la création d’un réseau de coopératives locales afin de répondre au défi de la transition énergétique. Aujourd’hui, Enercoop fournit en électricité 100 % renouvelable et coopérative près de 47 000 citoyens, une centaine de collectivités et 5000 entreprises qui ont décidé de mettre un terme aux énergies polluantes. Chaque jour, nous mettons tout en œuvre pour avancer aux cotés des acteurs de la transition énergétique afin de promouvoir un modèle basé sur la sobriété, l'efficacité et le développement des énergies renouvelables partout en France.