espace client icon icon main nav caret FAQ
Je choisis Enercoop

Décrypter l'énergie : Bétonisation et artificialisation des terres : quelle contribution de l’éolien ?

Parmi les critiques faites aux éoliennes, on trouve fréquemment l’argument de l’artificialisation des sols et, plus spécifiquement, de la bétonisation des terres agricoles pour le socle et les accès. Cette critique amène à se questionner sur les impacts des parcs éoliens en termes de consommation de surface et de béton. Ces impacts sont-ils suffisamment conséquents pour envisager l’abandon de l’éolien ?

Comment mener une transition énergétique en phase avec une transition agricole et alimentaire ? C'est le pari du travail collectif mené par Enercoop, Terre de liens et Energie Partagée : donner des clés de réponse pour comprendre les liens entre ces deux indispensables transitions, et avant tout montrer que celles-ci peuvent se renforcer, mais sous certaines conditions ! Découvrez chaque semaine un nouvel article pour mieux comprendre les différentes façons de produire de l'électricité dans une ferme.

En quelques mots

L’installation d’un parc éolien entraîne à la fois une consommation de surfaces, terres agricoles le plus souvent, et de béton pour les fondations.

En effet, les fondations des éoliennes terrestres sont constituées de plusieurs centaines de tonnes de béton, qui assurent leur stabilité, via un ancrage au sol ; elles sont posées au fond d’une excavation conséquente et recouvertes de terre. Les composants d’une éolienne sont par ailleurs lourds (tronçons des mâts) et de grande longueur (les pales), et nécessitent des pistes d’accès d’importance.


S’il est indispensable de maîtriser ces consommations et de limiter leurs conséquences, l’impact de l’éolien mérite d’être comparé à celui d’autres sources d’électricité et d’autres secteurs consommateurs de béton ou responsables d’artificialisation de terres. Actuellement, la consommation annuelle de béton pour la filière éolienne ne représente en France que 0,5 % de la production nationale, et l’éolien contribue à environ 1,5 % de l’artificialisation des terres.

L’implantation des éoliennes est encadrée par des textes réglementaires stricts. Ainsi, au terme de leur exploitation, les éoliennes sont démantelées et recyclées ou réutilisées (acier, aluminium, béton, cuivre, fibre de verre, etc.). Par ailleurs, en application de la réglementation, les fondations sont arasées sur une hauteur de 30 centimètres à 2 mètres afin de permettre le retour à l’utilisation initiale du site, agricole le plus souvent. De même, la consommation de terres agricoles doit faire l’objet de mesures de compensation collective au-delà de certains seuils fixés à l’échelle départementale.

Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site de Décrypter l'énergie !